Les microplastiques passent-ils incognitos dans les stations d’épuration ?

Des polluants présents sur les microplastiques affectent le développement de jeunes poissons
18 mai 2020
La Pagaie Sauvage rejoint « Eusko »
28 mai 2020
Show all

Des récentes études ont montré que les microplastiques ne restent pas tous dans les stations dépuration. Certains passent au travers du traitement  des eaux usées et se retrouve dans le milieu naturel. Les stations d’épuration aurait une efficacité comprise entre 85 % et 99% pour le traitement des microplastiques.Cette efficacité est à prendre avec précaution car peut énormément varié en fonction de la modernité et des types de stations…

Quelle quantité de microplastique est filtrée par une station d’épuration ?

L’efficacité rapporté par une grande partie des études reste impressionnante certes, c’est super ! Cela veut dire que les stations font bien leur travail… Seulement si l’on résonne en terme de quantité en se référant au nombre de microplastiques, là c’est une autre histoire…

Selon une autre étude dont vous trouverez le liens en bas de l’article qui prend pour exemple une station d’épuration du Havre qui traite les eaux usées de 415 000 habitants :

  • 3 200 000 microplastiques par heure entrent dans la station
  • Cette station, moderne, a prouvé avoir une efficacité de plus de 99 % !!!
  • Malgré tout le rejet en sortie serait de 1 770 MPs par heure

Une autre étude publiée au Royaume-Uni en juillet 2018 intitulée Wastewater treatment plants as a source of microplastics in river catchments a étudié six bassins versants situés au nord de l’Angleterre. « Le fait que la quantité de microplastiques présente dans les eaux réceptrices était plus importante en aval de chacune des six stations d’épuration étudiées confirme que les effluents d’eaux usées traités sont une source clé de microplastiques », concluent les auteurs. Une élément intéressant soulevé par cette étude est la variation des types de microplastiques retrouvés à l’amont et l’aval des stations d’épuration.

Seulement la problématique ne s’arrête pas là, en plus de cette « petite » quantité libérée dans les milieux naturels, un autre problème entre en jeu : les boues d’épuration.

Quel sort attend les microplastiques piégés dans les stations ? 

Les résidus de traitement des eaux usées sont appelés boues de stations d’épuration. Cette partie peut être revalorisée après avoir subi un traitement biologique. Mais voilà, aucun traitement pour les microplastiques qui restent dans ces boues ! Celles-ci vont être utilisées à 75 % comme fertilisant pour les terres agricoles.

Et l’inévitable se produit… Une partie des particules est entrainée dans les cours d’eau lors de fortes pluies. C’est comme cela qu’on obtient un cycle sans fin…

Quels type de microplastiques rejetons-nous dans les stations d’épuration ?

La majorité de microplastiques retrouvé dans les stations d’épuration sont des fibres provenant des lavages en machines et des microbilles provenant des cosmétiques. La perte de masse d’un textile synthétique au long de son cycle de vie est de 2 %. Cette proportion ramenée à un dressing, cela commence à peser sur la balance…

La figure ci-dessus détail les pourcentage de représentation des différents types de microplastique sur 6 sites différents avec un prélèvement en amont (US) de différentes stations d’épuration et en aval (DS).

 

Pour conclure, si les stations d’épuration retiennent une grande quantité de MPs, la charge entrante est telle que certains procédés ne sont pas assez perfectionnés pour traiter 100% des MPs. Il est donc important de se questionner sur notre consommation et de mettre en place des solutions pour réduire à la source cette pollution.

La Pagaie Sauvage travaille ardument afin de connaitre l’impacte des stations d’épuration. Vous aussi, n’hésitez pas à prendre part à cette mission collective en réalisant des prélèvements : http://lapagaiesauvage.org/faire-prelevement/

Bibliographie

  • Brignon, J.M, et Pierre Boucard. « Données technico-économiques sur les substances chimiques en France : Microplastiques, INERIS », no DRC-18-158744-01541A (2018): 32.
  • Kay, P., Hiscoe, R., Moberley, I. et al. Wastewater treatment plants as a source of microplastics in river catchments. Environ Sci Pollut Res 25, 20264–20267 (2018). https://doi.org/10.1007/s11356-018-2070-7
  • Kazour, Maria, Sarah Terki, Khalef Rabhi, Sharif Jemaa, Gaby Khalaf, et Rachid Amara. « Sources of Microplastics Pollution in the Marine Environment: Importance of Wastewater Treatment Plant and Coastal Landfill ». Marine Pollution Bulletin 146 (1 septembre 2019): 608‑18. https://doi.org/10.1016/j.marpolbul.2019.06.066.
  • Lassen, Carsten, Steffen Foss Hansen, Kerstin Magnusson, Nanna B. Hartmann, Pernille Rehne Jensen, Torkel Gissel Nielsen, et Anna Brinch. Microplastics: Occurrence, Effects and Sources of Releases to the Environment in Denmark. Danish Environmental Protection Agency, 2015. https://orbit.dtu.dk/en/publications/microplastics-occurrence-effects-and-sources-of-releases-to-the-e.
  • « L’épandage des boues de stations d’épuration en agriculture : quels risques pour la santé et l’environnement ? » https://www.notre-planete.info/actualites/888-epandage-boues-epuration-culture-consequences.