Nerri

Une descente intégrale de la Garonne en canoë pour comprendre d’où viennent les microplastiques.

vagues2

vagues2

Les objectifs du projet :

· faire une étude complète sur la présence de microplastiques à l’échelle d’un fleuve,

· améliorer la compréhension de la distribution de cette pollution,

· attirer l’attention sur la pollution des microplastiques par l’organisation de débats et de conférences,

· redécouvrir nos rivières et leurs écosystèmes en rappelant qu’il est encore possible de partir à l’aventure en France !

Le projet en détail

L’expédition débute côté Espagnol au pied de l’Aneto, au Trou du Toro (ou Forau de Aygualuts), là ou la Garonne prend sa source. Le fleuve n’étant encore que rivière sauvage difficilement navigable, c’est à pied que seront effectués les premiers prélèvements jusqu’en Val d’Aran ! Ces échantillons permettront  de faire un état des lieux à la source, là ou l’environnement est le moins soumis à la pollution résiduelle et aux microplastiques.

Arrivés à Saint-Béat côté Français, les bâtons de marche sont remplacés par les pagaies ! Grâce à notre partenaire Itiwit, nous serons armés de kayak gonflable ce qui nous permettra d’affronter les rapides et surtout de facilement franchir les nombreux barrages !

A Toulouse, notre partenaire Tahe Outdoor nous attendra avec ses canoës afin d’aborder sereinement les 300 kilomètres qui nous sépareront de Bordeaux

A raison d’environ 30 kilomètres puis 50 kilomètres par jour en moyenne, 12 jours seront nécessaires pour rallier Bordeaux depuis les Pyrénées. 4 membres de La Pagaie Sauvage effectueront les prélèvements microplastiques à l’aide de filets scientifiques tout au long la descente suivant le protocole mis en place par l’université de Clermont Ferrand.

Afin de montrer qu’il est encore possible de partir à l’aventure en accord avec son environnement, la nourriture prévue pour l’expédition provient de produits issus de l’agriculture biologique, les nuits seront passées sous tente et l’ensemble du projet zéro-déchet !

Alors, partants ?!

Du 4 au 6 mai – Prélèvements Garonne « Amont » à Pied

7 mai – Départ à 2 canoës de Saint-Béat à la frontière avec l’Espagne.

12 mai – Journée sensibilisation à Toulouse et changement de canoës.

18 mai – Arrivée à Bordeaux : soirée évènement en partenariat avec Les Marins de la Lune.  

Et pourquoi la Garonne ?

•          Il s’agit de l’un de 5 grands fleuves français. La Garonne s’écoule sur 647 km avant de se jeter dans l’océan Atlantique. Elle prend sa source au pied du pic Aneto, point culminant des Pyrénées, sous la forme d’une résurgence. Elle traverse par la suite la ville de Toulouse, les plaines agricoles et finit sa course au niveau de Bordeaux dans l’estuaire de la Gironde..

•       La Garonne, c’est aussi 76 millions de m3 prélevés annuellement directement dans la Garonne pour alimenter 1 million de personnes pour la consommation d’eau potable. La santé des consommateurs y est donc étroitement liée. Mais c’est également 430 millions de m3 prélevés annuellement pour l’industrie et l’agriculture !

             •        On y distingue plusieurs zones représentatives de différentes pressions humaines qui nous permettront de mieux comprendre la provenance des microplastiques. La Garonne Pyrénéenne, une rivière torrentielle très sauvage qui laisse place à la Garonne dite de Piémont qui s’élargit avec de nombreux aménagements hydroélectriques et d’élevages ovins et bovins à proximité. La moyenne Garonne, secteur où ont lieu les plus grandes inondations sous l’influence du Tarn est utilisée pour l’agriculture céréalière. Par la suite, la Garonne maritime,  sous l’influence de la marée, connue pour ses vins.

Ce projet n’aurait pas été possible sans nos très chers-es contributeurs-trices :
Un énorme merci du fond du cœur à vous !
Ainsi que nos partenaires :
Suivez notre aventure sur :

Et sur instagram :