Les cours d’eau : un piège ou une autoroute à microplastique en direction de l’océan

La Pagaie Sauvage dans Pyrénées Magazine
3 mai 2020
Des polluants présents sur les microplastiques affectent le développement de jeunes poissons
18 mai 2020
Show all

Maintenant, nous le savons, les microplastiques ne sont pas présents en même quantité le long d’un cours d’eau (Lire le rapport Nerri et La Galupée).  Leur abondance peut augmenter mais aussi diminuer. Alors, à quoi cela est dû ? Une chose est sure, ils ne sont pas miraculeusement dégradés puisqu’ils ont encore plus de 1000 ans à passer dans nos cours d’eau !..

Quel chemin décideront ils d’arpenter ?

Les microplastiques suivent la voie terrestre (ruissellement des eaux de surface), aérienne (pour les particules très légères), ou par rejet direct (station d’épuration). Quand ils rejoignent les milieux aquatiques, ils sont séparés par densité. Les particules les plus légères se retrouvent en surface, les plus lourdes au fond. Jusque-là, logique..

Seulement ce n’est pas tout. Les mouvement de l’eau rendent leur voyage difficile : remous, barrages, tempêtes, sécheresses… Lors de fortes crues, les sédiments sont remobilisés et la rivière a la capacité de transporter les particules lourdes à grande vitesse.

Mais attention à l’inverse, ils peuvent rencontrer beaucoup d’obstacles durant leurs trajets. La forme naturelle du cours d’eau comme les méandres ou les aménagements comme les barrages peuvent ralentir leur folle course et même les stopper net pour une durée indéterminée !

La vie d’un microplastique est donc semée d’embuches et son trajet pour atteindre les océans est périlleux. Malgré cela, est-ce qu’un jour ou l’autre ils rejoindront les océans ? Les études quantifiant le nombre de microplastique se jetant dans les rivières pourrait-elles nous aider à mieux comprendre la quantité de microplastiques restant dans les fleuves et rivières ? Quelle quantité de microplastiques est ingéré pour les être vivants (poisson, oiseau,..) ? Combien de microplastique se retrouvent déposé au fond des cours d’eau ou déposé sur les berges ?

Pour le moment nous ne le savons pas… La Pagaie Sauvage travaille ardument à faire avancer le science. Vous aussi, n’hésitez pas à prendre part à cette mission collective en réalisant des prélèvements : http://lapagaiesauvage.org/faire-prelevement/